“J’ai peur de ne pas pouvoir avoir d’enfant”

peur enfant desir de grossesse

Vous vous rappelez, en janvier, je vous avais parlé de cette série de rencontres autour de la problématique de la séparation. En effet, le même mois, plusieurs femmes m’avaient contacté pour exprimer tout ce qu’elles avaient sur le cœur concernant le couple et leurs enfants dans cette situation délicate.

Comment gérer la crise de la rupture et toutes les émotions mêlées?

Comment garder le lien avec le Papa malgré les disputes et les règlements de compte?

Comment répondre aux questions des enfants qui découvrent la garde alternée?

Ce mois-ci, c’est une autre série de rencontres qui est venue à moi. Plusieurs femmes m’ont fait part de leurs inquiétudes, de leur peur de ne pas avoir d’enfant.

Théoriquement, toutes les femmes peuvent devenir mères. Nous sommes conçues pour accueillir et donner la Vie.

Dans la pratique, les choses se compliquent!

C’est vrai qu’on se réveille plus tard que nos mères et que nos grands-mères mais quand le désir d’enfant se fait ressentir, il est toujours aussi puissant, incontrôlable. Et impossible de passer à côté! Telle une idée fixe, une impatience: “Je veux un enfant maintenant!“.

Les conditions ne sont malheureusement pas toujours toutes réunies. Le temps passe et le fameux cap des 40 ans approche à grands pas.

La peur de ne pas (ou de ne plus) devenir mère nous envahit, jusqu’au plus profond de nos cellules.

  • Je n’ai pas encore trouvé le Papa. Je suis célibataire ou je ne trouve pas l’homme en qui je peux avoir confiance pour élever un enfant.
  • Je ne me sens pas prête à faire un bébé toute seule. Un Papa, c’est pour moi important pour élever un enfant.
  • “C’est trop tôt. Professionnellement, je ne peux pas faire de la place dans ma vie actuellement pour un enfant.”
  • J’ai déjà essayé plusieurs fois, mais ça ne marche pas! J’ai fait plusieurs fausses-couches, plusieurs FIV… on m’a dit que tout allait bien physiquement parlant mais ça ne prend pas!”
  • “Les spermatozoïdes de mon conjoint ne sont pas assez performants, sûrement à cause des perturbateurs endocriniens et de l’environnement pollué dans lequel on vit.”

L’Homme donne. La femme reçoit, accueille. C’est notre constitution naturelle.

Alors pourquoi, parfois, ça marche pas?

Il peut exister des désordres hormonaux, des fragilités physiologiques et gynécologiques mais nous ne sommes pas seulement des corps physiques!

Nous sommes des êtres multiples, complexes, multidimensionnels.

Des êtres corporels, affectifs, psycho-émotionnels, transgénérationnels, énergétiques.

J’ai accompagné 3 femmes sur le Chemin de la conception et de la grossesse.

J’accompagne actuellement des femmes confrontées à des troubles de la fertilité. Certaines d’entre elles ont fait récemment une fausse-couche, les d’autres, après plusieurs tentatives assistées, n’ont pas réussi à mener une grossesse à terme.

Qu’est-ce qui se passe lors de nos rencontres?

Lors de nos rencontres, je suis à leur écoute. Je leur pose des questions afin qu’elles puissent mettre des mots sur leur déception, leur incompréhension, leur culpabilité, leur impatience, parfois leur colère.

Je les aide à reprendre confiance en elles, en leur capacité à devenir mère. Une merveilleuse Maman!

Une écoute et une libération émotionnelle qui leur apportent un vrai soulagement. Elles peuvent s’exprimer librement et en toute confiance dans cet espace d’échange.

Et puis, j’écoute aussi leur silence.

Je laisse parler leurs pieds (lors des massages en réflexologie plantaire), je laisse exprimer leur âme pour comprendre où le lien est coupé, parfois brisé.

Car le plus important pour devenir mère est d’être en relation. Nous ne sommes pas des êtres isolés. De nombreux liens nous font vivre, souvent des liens invisibles et secrets. (C’est à ce moment là que la sorcière intervient 😉 )

Certes, une mise en relation entre un ovule et un spermatozoïde avant la nidification.

Mais surtout, une mise en relation entre sa féminité, son intériorité et l’énergie masculine de son conjoint.

Une mise en relation entre sa créativité et l’expression de cette créativité dans le monde.

Une mise en relation, parfois une réconciliation avec ses parents, ses frères et sœurs, tous les hommes et les femmes de sa lignée. Car en devenant mère, j’accepte de perpétuer cette lignée, d’en accepter les bons et les moins bons côtés.

“Je me reconnecte à mon énergie féminine et j’accueille mon masculin.

Je le respecte, je lui accorde une place.

Je deviens le terreau fertile et nourricier qui porte et donne la Vie.”

Vous voulez en parler? Entrons en contact.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.